Entrées par ephilippot

Interdiction de ne pas évoluer rapidement

Répétons-le : chaque source d’insatisfaction chez un client est une opportunité de créer une nouvelle entreprise, donc un nou-veau concurrent. Une entreprise inflexible se caractérise par :
• une incapacité à entendre l’absence de satisfaction du client ;
• la conviction de l’ensemble des troupes que le produit ou le service est bon.
S’il ne se vend pas, c’est parce que les commerciaux ne font pas leur boulot… ou que les clients n’ont rien compris. Dans ce monde à visibilité moindre, chaque membre de l’entreprise doit être en contact avec le client et à l’écoute de ses besoins. Chaque produit ou service doit être développé non pas entre les murs de l’entreprise, mais étape par étape avec, à chaque fois, l’avis et le ressenti des clients. Cela s’appelle développer un Produit Mini-mum Viable, mais nous y reviendrons plus tard.

La technologie, outil du collectif

Disons-le tout de suite, l’Humanité aura besoin de la technologie (sous toutes ses formes : robotique, TIC , etc.) pour se sortir de cette impasse et permettre à ses 7 milliards de membres, qui de-main seront 10, de vivre une vie convenable. Elle est le premier ingrédient et le second sera la solidarité.

Clément de Souza : « L’entreprise de liberté est faite de confiance, d’équité et de vision partagée »

L’entreprise libérée… Vaste sujet, sur lequel les entrepreneurs ne sont pas tous d’accord. Clément de Souza, lui, n’en est plus à s’interroger : il met en œuvre, non pas l’entreprise libérée, mais l’entreprise de liberté. En fait, pour lui, ces concepts ne font que recouvrir une seule vraie réalité : l’intelligence collective. Et pour qu’elle soit efficace, il a choisi de nourrir cette intelligence collective de confiance, d’équité et de vision partagée. Portrait d’un entrepreneur libérateur.

La spirale dynamique

Il est extrêmement intéressant de mettre en parallèle les travaux de Marc Halévy avec ceux de Clare W. Graves[1], engagé depuis plus de 25 ans dans des travaux sur la spirale dynamique. Ce modèle a lui aussi pour but de comprendre le changement de monde auquel nous assistons, et nous allons voir que leurs apports sont incroyablement complémentaires.

Bénédicte Pilat : « Le collaboratif est une ressource infinie »

Audioprothésiste de formation, Bénédicte Pilat ne se destinait pas particulièrement à la carrière de chef d’entreprise. Mais le défi de la transformation l’a attirée dans ses filets, et c’est avec un subtil mélange de bon sens et de vision d’avenir qu’elle s’est attelée, avec son coprésident David Smaihi, à faire d’OREM-ASTRE une entreprise de services industriels du 21ème siècle.